La chute

A son apogée Roubaix comptaient 267 usines, dont 1000 ouvriers dans une seule usine, 125 000 habitants,

"la Manchester du Nord",  " la Ville aux 100 cheminées"

De l'empire Boussac aux frères Willot ...

4 frères issus d'une modeste affaire textile vont à partir dans les années 60 racheter des petites entreprises textiles a bord de la faillite, jusqu'au 1er coup d'éclat : le rachat de l'entreprise Agache, le spécialiste français du Lin, une dynastie du Nord, puis Saint frères. Ils rachètent ensuite des magasins d'articles textiles : la belle Jardinière, le Bon Marché. Au milieu des années 70, ils seront inculpés d'abus de biens sociaux sans être condamnés. Ils s'empareront aussi de Cyclone 2ème fabriquant français d'imperméable et de Conforama, et finissent pr racheter le Groupe Boussac en 1978 avec l'appui de l'Élysée. Ils essuieront leur 1er échec avec la liquidation d'une chaine de magasins aux USA. Employant 30 000 personnes en 1981 et 20 000 de plus chez leurs sous-ytraitants), à travers une holding (Ste Financière et Foncière Agache-Willot) et une partie industrielle BSF Boussac Saint Frères (avec des jeans, du linge, la haute couture, du prêt à porter, de la distribution, des immeuble d'habitation, de l'ingénierie, et un conséquent patrimoine foncier...). En 25 ans, l'empire comptera 87 usines. "la rapacité dans l'opacité" servira à caractériser le manque de transparence reproché au groupe, mais ont épuisé les entreprises industrielles pour faire remonter l'argent vers les sociétés foncières, puis vers leur fortune personnelle. Les Sociétés foncières créées épuisaient aux sociétés industrielles les terrains et bâtiments. Certains rachats étaient faits au franc symbolique. C'était toujours la partie industrielle qui finançait les opérations qui profitaient en fait à la Holding. Les dettes de court terme sont considérables tandis que les apports en fonds propres très limités et un endettement à moyen terme restreint. Un rapport interne du Ministère de l'économie dès 1981 fait état des risques de licenciement

La Lainière de Roubaix

Au début du siècle, la Lainière emploie 7000 personnes et fabrique 90 000 millions de pelotes de laines par an. Ce modèle de réussite industrielle recevra la visite de la Reine d'Angleterre et  Kroutchev.

En 1989, La lainière de Roubaix voit l'effondrement de la consommation de fils à tricoter et annonce 754 suppressions d'emplois.

Après une succession de plans sociaux, en 1999, le tribunal de commerce prononce la liquidation de la lainière. Les Ouvriers et leurs syndicats se battent pour obtenir une prime de départ. Cela concerne les derniers 250 ouvriers.

Phildar

En 1903 par Louis Mulliez crée une filature de coton. Le 1er magasin de la marque Phildar est créé en 1943 par Gérard Mulliez et distribue de la laine. La dernière filature ferme en 1992. La marque textile s'est diversifiée avec un réseau de boutiques de laines à tricoter mais aussi de vêtements. Avec 2000 franchisés dans les années 70, seulement 115 boutiques et quelques distributeurs subsistent en 2020. En 2020, Phildar n'emploie plus que 220 personnes et subit la crise liée au Covid. Une procédure de sauvegarde est déclenchée.

Le démontage de l'industrie textile

Tech Lead

Write a bio for each team member. Make it short and informative to keep your visitors engaged.

123-456-7890

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
textile

Terre de France - Charlotte Decoker

Aperçu sur les métiers à la "Manufacture des Flandres",
musée textile

Muséification

La Manufacture des Flandres

Le tissage est construit en février 1914, sur une entreprise pré-existante depuis le 19ème siècle sitiée rue Pierre de Roubaix. Le musée se développe dès 2001, sur une initiative du Directeur Mr Persynn a décidé de faire plus que produire et de montrer ce patrimoine. 

La Ville de Roubaix a racheté le bâtiment en 2008 pour conforter le musée quand l'activité s'arrête. Les métiers viennent de Roubaix notamment de dons de l'entreprise Craye mais aussi de l'étranger (Suisse, Allemagne, Belgique...)

Pierre Cornard ancien tisserand et commercial de l'industrie textile, est guide au musée pour transmettre son savoir-faire.